À Deux Heures du Matin

Gabriel Dufay
Présentation d’atelier
Promotion 2016
24 mars 2016 / 20h
17 et 18 mai 2016 / 19h30


Photos: Etienne Malapert – mai 2016

Photos: Alan Humerose – mars 2016

 

À DEUX HEURES DU MATIN
« Le désir d’une langue qui vienne enfin NOUS SORTIR D’ICI se fait de plus en plus grand. » – Falk Richer

J’ai le plaisir de retrouver les élèves de l’École des Teintureries pour la troisième année consécutive, et j’ai souhaité me pencher avec eux sur trois des pièces de Falk Richter, dramaturge contemporain dont l’œuvre déjà considérable (une trentaine de pièces dont une douzaine parues à L’Arche Éditeur) est traduite dans plus de 30 langues et jouée dans le monde entier.
Cette œuvre entre singulièrement en résonnance avec nombre des préoccupations et inquiétudes de génération 2.0., de la jeunesse en 2016 – dont les élèves des Teintureries et moi-même faisons partie. En effet, si le théâtre de Falk Richter est puissamment politique, en prise avec notre modernité, avec l’actualité la plus prégnante, il offre aussi le portrait de jeunes hommes et jeunes femmes en mal de repères, déboussolés, désenchantés, en quête irrépressible d’un sens.

Nous nous sommes donc penchés sur À deux heures du matin, pièce récente de Richter venant de paraître et pour laquelle j’ai eu un coup de foudre. À cette pièce, à ma connaissance jamais jouée sur une scène suisse ou francophone, nous avons ajouté des extraits de Sous la glace et de Trust, deux autres pièces de Richter aux thématiques très proches.
Comme les pièces de Richter sont des matériaux, pouvant être interprétés et malaxés dans bien des sens, nous nous en sommes donnés à cœur joie. Au cours de quatre semaines, les élèves ont investi la matière et proposé bien des improvisations avec les outils du théâtre, de la danse et de la musique. J’ai notamment demandé aux élèves de prendre en charge des chansons ayant des liens avec les textes et la recherche de Richter, pour ensuite assembler les pièces du puzzle et donner vie à ces fragments réunis.

Comment survivre dans une société mondialisée, gelée, où tout s’achète et se consomme jusqu’à l’épuisement ? Peut-on encore trouver le « vrai » amour dans cette société qui engendre la solitude ? Comment briser le cercle vicieux des solitudes qui ne fait que s’accroître ? Comment les plaques tectoniques des sentiments amoureux, amicaux, familiaux, dérivent-elles, influées par les mouvances politiques et économiques ?
Par les questions qui sont ici posées et qui viennent ébranler lecteurs, acteurs et spectateurs, le théâtre regagne sa fonction antique qui est d’interroger la cité et de proposer aux spectateurs une catharsis nécessaire, passant par le désir d’une langue poétique, afin de transcender notre réalité quotidienne.

À deux heures du matin, Sous la glace et Trust constituent un cri lancé au monde, interrogeant la solitude dans nos sociétés occidentales et néo-libérales, se fondant sur de véritables témoignages, sur des expériences personnelles, et demandant aux acteurs un engagement sans faille, une faculté d’improvisation, de création totale. L’acteur se doit ici d’être créateur. C’est donc tous ensemble que nous avons expérimenté et créé la forme théâtrale, chorégraphique et musicale que vous allez voir.

Gabriel DUFAY