Claudie Guillot

Mai 2015
Atelier Autour de Molière
Promotion 2017

Etre en formation d’acteur passe inévitablement par la découverte de soi. Car l’acteur est son propre outil. Il doit, par conséquent, être en capacité d’utiliser, adapter cet outil à bon escient pour accéder, aboutir, au moment de la représentation, à la création vibrante d’un être organique complet, sujet à des visions, en quête de réalisation personnelle, occupé d’objectifs, traversé par des émotions, soumis à des chocs auxquels il fera face – ou pas – selon la nature du personnage incarné.

La volonté et l’intellect ne sauraient suffire à mener à bien cette tâche ; l’engagement de l’acteur doit être total.

Afin de l’aider, il lui sera donné divers outils, des techniques de jeu, des orientations esthétiques, des informations qu’il aura à charge d’intégrer et qu’il passera au filtre de sa personnalité, de ses goûts, et, finalement, de ses choix. Mais il ne pourra pas faire l’économie de la confrontation avec lui-même s’il espère progresser.

Il doit notamment et avec une grande rigueur, mesurer en lui et dompter son irrépressible besoin d’être reconnu, aimé, admiré afin de ne pas être parasité dans son parcours. Le travail d’acteur requiert une humilité et une ouverture d’esprit totale, une conduite qui s’émancipe des croyances multiples dont l’être humain est généralement chargé. En  ce sens, l’acteur doit être plus qu’un être humain ayant à mener sa vie ; il est l’humanité entière.

Claudie Guillot